24 juin 2015

Voyage sensoriel au pays du Slow Sex


Ce mois-ci a eu lieu une nouvelle édition des Apéros du Désir. La thématique à l'honneur était le SLOW SEX. La sexothérapeute Nathalie GIRAUD a proposé à nos invités du jour de faire un voyage sensoriel dans un art ancestral. Vous nous suivez ?
Cliquez sur l'image pour découvrir les images de l'Apéro Slow Sex de Juin



Le Slow Sex c'est quoi ?



Dans un monde où tout va vite, le sexe se consomme à toute vitesse. Or, un rapport sexuel ne doit pas être "rentable" ! Faire le maximum de positions, aller droit au coït, distribuer des orgasmes à toute allure : c'est une course contre la montre qui travestit les relations et frustre les individus. Pour ne pas se perdre de vue et redonner du piment aux rapports amoureux, le Slow Sex change le tempo des jeux coquins. "Le Slow Sex c'est aller au delà de la rencontre de deux génitalités" affirme Nathalie GIRAUD, "c'est un éveil ludique à la sensualité". 
C'est faire attention au rythme, à la respiration, à l'autre... Prendre le temps de sentir l'énergie circuler en soi afin de se libérer des tensions, des poids qui pèsent sur nos épaules de façon consciente ou non.


Savoir s'ouvrir à l'autre



L'amour à la française est réputée dans le monde entier, pourtant parler d'amour, se dévoiler est extrêmement complexe

Comment faire comprendre ce que l'on aime à l'autre. 
S'ouvrir est un apprentissage qui passe par des cours comme la sophrologie ou les cours d'éducation sexuelle et en devenant créatif avec tous les accessoires autour de vous : votre main, vos cheveux, vos sens pour découvrir l'autre et lâchée prise et aussi un plumeau, un glaçon de thé...

Créer une ambiance n'est pas obligatoire et user d'accessoires n'est pas indispensable. L'essentiel est d'oublier le rapport habituel et de se libérer du "c'est comme ça qu'il faut faire" pour se demander à la place "qu'ai-je envie de faire ou de dire la maintenant, tout de suite" car lorsque l'un des partenaires a la tête ailleurs, l'autre le ressent. Et à l'inverse quand chacun est pleinement conscient de ce qu'il est train de se passer, cela galvanise l'autre.
Le Slow Sex c'est être présent à soi et à l'autre.


Et pour les femmes ?



Être disponible pour l'acte sexuel est particulièrement compliqué pour les femmes qui prennent tout en charge à la maison, c'est prouvé. Elles ont besoin de prendre le temps parfois, pour faire diffuser le désir et être vraiment présente et réceptive. Parfois le désir monte d'un coup comme un feu qui se déclenche soudainement et ravage tout sur son passage et ces jours-là, un petit quickie vite fait bien fait c'est parfait. 

Mais bien souvent quid des flammes incendiaires. C'est plutôt ambiance premier jour de Koh Lanta : l'attention est dispensée entre toutes les tâches à réaliser et si l'on souhaite profiter d'un feu fourni, il faut l'alimenter. D'où l'importance de prendre le temps de respirer, se relaxer et d'être dans la montée de l'excitation.
Le massage permet d'accroître la réceptivité... Même avant les huiles de massages chauffantes et gourmandes, on utilisait des huiles végétales pour détendre le corps et par extension apaiser l'esprit.




Tout ça pour quoi ?



Pratiquer le Slow Sex c'est renouer avec son propre plaisir, c'est un peu une façon de s'éduquer à l'amour. 
C'est aussi une façon de renforcer les liens du couple car cela permet de :

  • redécouvrir son amant ou son amante
  • contrôler l'érection et l'arrivée de l'éjaculation.
  • réapprendre à faire l'amour
  • accéder à l'orgasme vaginal et à l'éjaculation féminine
  • prendre à nouveau du plaisir
  • sortir du circuit pornographique du rapport sexuel
  • etc


Alors un conseil : ralentissez !